fbpx
×

Pour un design enthousiaste !

Entrevue avec Abdellah Ajebar, en stage chez COCO HELLEIN, PARIS.

Abdellah Ajebar, 24 ans, est en Master 1 où il approfondit ses connaissances en brand design, typographie arabe et digital design. C’est dans le 11e arrondissement de Paris que nous retrouvons notre stagiaire fraîchement arrivé. Il est accueilli par « Coco Hellein, designer enthousiaste », consultante en branding et en design couleur.

Abdellah, pourquoi as-tu choisi de faire un stage cette année en France, à Paris, plutôt que de rester au Maroc, à Casablanca ou Marrakech ?

Le stage à l’étranger m’ouvre sur une autre culture artistique et graphique tout en me permettant d’améliorer mon français. Coco Hellein est consultante en branding (identité et création de marque) et en design couleur. Pendant mon stage j’approfondis mes connaissances graphiques des couleurs dans l’univers des marques et du design de mode et de produits. (http://cocohellein.com/)

Que t’apporte cette nouvelle opportunité ?

Cela me permet vraiment de développer et de valoriser mes compétences graphiques. J’aime dessiner et j’apprécie l’univers de celle qui a été mon enseignante ; cela m’a encore plus motivé dans ma décision de partir, une fois mon dossier accepté. Et Casa et Marrakech, j’ai déjà eu des expériences dans mes années antérieures.

C’est merveilleux de comprendre un autre pays et ses habitants. Dans le studio, avec l’équipe qui m’accueille je me sens bien ; on travaille le graphisme appliqué aux collections tissus, à l’univers maison et mode et, par déclinaison, à de nombreux univers produits, packaging, signalétique… Je séjourne assez loin de mon lieu de stage, et le long trajet en RER me permet de voir tous les jours des paysages, des architectures différentes. Je rencontre des gens motivés et cultivés.

Justement, concernant la mise en place de ton stage : comment qualifierais-tu l’accompagnement de l’ÉSAV dans le processus de mise en place et le suivi ?

Nous sommes bien conseillés et orientés par l’équipe pédagogique pour trouver nos stages. Particulièrement grâce au réseau des intervenants qui sont tous des professionnels venant d’un peu partout !

Abdellah, te souviens-tu de ce qui a motivé ton choix d’entrer à l’École Supérieure des Arts visuels de Marrakech, il y a 4 ans ?

Je dirais que c’est certainement la volonté d’approfondir mes compétences artistiques après l’obtention de mon Bac en arts appliqués et l’envie de découvrir le métier de designer graphique – même si mes idées sur le métier ont évolué depuis cette époque ! C’est un ancien étudiant de l’ÉSAV qui m’a parlé de l’école et, après quelques recherches sur internet, j’ai choisi de passer le concours d’entrée. Mon classement m’a notamment permis de bénéficier d’une bourse d’études.

En quoi ta formation à l’ÉSAV se distingue-t-elle de celles que tu as eu précédemment ?

En arrivant à l’ÉSAV, j’ai découvert bien d’autres disciplines que je ne connaissais pas autour des arts graphiques, grâce à des cours diversifiés et des intervenants professionnels. Le design graphique n’est pas seulement la création de logos, mais savoir développer une identité graphique sur tous les supports de communication.

En guise de conclusion, quel conseil donnerais-tu à un jeune ésavien qui hésite à faire un stage à l’étranger ?

Je lui conseillerais de ne pas rater cette occasion de découvrir de nouvelles manières de travailler en agence. Il y a, pour les marques françaises, de vraies recherches thématiques pour trouver des solutions graphiques. Pour moi, être en France, c’est une occasion véritable de découvrir la source des arts graphiques.

Propos recueillis par Vick Vance 2.0.
6 juin 2017

Sous le patronage de
Partenaires